Qui sommes nous ?

 Créée en 2016, L’Impertinente est née avec l’envie de créer et diffuser des spectacles qui laissent la part belle au rire, pas un rire anecdotique, mais un rire nourri de l’univers et de l’écriture d’un auteur.

Sa première création Le Village est à 12 kilomètres…environ ! une comédie déjantée, est Coup de Cœur du journal Le Parisien et de Paris Match, au Petit Gymnase. En 2017, ce sera Ma Grammaire fait du vélo de et avec François Mougenot, mis en scène par Caroline Darnay, pour le Festival d’Avignon.

Petit à petit la ligne éditoriale de L’Impertinente prend une autre couleur, avec d’autres envies, en s’orientant vers un théâtre où la chanson et la musique prennent une place importante parmi les mots et la comédie.

Aujourd’hui L’Impertinente crée et accompagne des spectacles qui se veulent être le reflet de la diversité théâtrale, avec une qualité d’écriture et une originalité.
Un seul mot d’ordre : que les spectateurs, petits et grands, sortent heureux d’une salle de spectacle !

Stéphanie Gesnel

Chargée de production et diffusion

mail : steph_ges@hotmail.com

tel : 06 11 01 74 97

        Après avoir œuvré comme comédienne pendant 20 ans au cinéma (avec entre autres Yves Boisset, Jean-Pierre Jeunet, Isabelle Czajka…) et à la télévision (avec entre autres Eric Summer, Jean-Daniel Verhaeghe…), Stéphanie Gesnel change de cap en 2016 !
L’Impertinente, une jeune association qui crée et diffuse du spectacle vivant, produit sa première pièce comme autrice, co-écrite avec Maud Heywang, Le Village est à 12 kilomètres… environ!, qui se joue au Petit Gymnase en 2016 et 2017.  L’Impertinente lui propose alors de s’occuper de la création et de la diffusion de Ma Grammaire fait du vélo, de François Mougenot, spectacle mis en scène de Caroline Darnay. Depuis, le spectacle continue sa route à Paris, Avignon (2017-2018-2019) et en tournée (Sète, Miribel, Sarcelles, St Cyr…).
        De formation en formation, elle apprend tout ce qui concerne la production, l’administration et la diffusion d’un spectacle. Elle est sollicitée pour administrer différentes compagnies et continue à travailler pour L’Impertinente comme chargée de production et diffusion.

Laetitia Augustin Viguier

Chargée de production et diffusion

mail : limpertinente93@gmail.com

tel : 07 67 02 96 17

      

Elle commence à jouer avec la compagnie Charlie Noë qui tourne avec des œuvres du répertoire français. Puis elle joue avec des compagnies de théâtre de rue en France et à l’étranger. Parallèlement à cela, elle monte sa propre compagnie, le Cyclothéâtre, et travaille alors comme metteuse en scène et comédienne autour de créations qui tournent à Madagascar et en France. Elle continue à jouer principalement dans des créations et aborde le clown et la marionnette. Son goût prononcé pour la recherche l’amène à passer deux ans avec Teatro da Vertigem au Brésil pour jouer une de leurs créations. Cette collaboration se poursuivra en Belgique au Théâtre National de Bruxelles et au Chili au Festival Santiago a Mill. En France, elle travaille sur des scènes de théâtre ou d’Opéra où elle a pu croiser, dans le travail, Terry Gilliam et Guillaume Galienne. L’expérience qu’elle a eue en tant que directrice artistique de compagnie l’a amenée à s’intéresser aux aspects de la production et diffusion de spectacle. Le prolongement de cette expérience au sein de la structure L’Impertinente n’en est que plus naturel.

 


Nos Spectacles

Pour accéder aux informations détaillées d’un spectacle, cliquer sur son affiche.

Un air d’Italie

Durée : 1h00

Résumé : Cristina Marocco est une actrice et chanteuse italienne. Elle est née à Turin où elle s’est formée à la danse, à la musique et au théâtre, avant de s’installer en France il y a presque vingt ans. C’est à Paris qu’elle devient chanteuse et connaît le grand public en interprétant le duo “J’ai tout oublié” aux côtés de Marc Lavoine et en publiant par la suite plusieurs albums.

Avec la complicité du musicien virtuose Gabriele Natilla, elle nous promène dans l’âge d’or de la chanson napolitaine en interprétant des chansons écrites entre 1835 et 1945. Ces compositions, quand elles ne touchent pas au sublime, célèbrent l’amour, la mélancolie, la nostalgie ou la joie, mêlant sans crainte la passion au grotesque, le tragique à l’humour.

Un magnifique voyage aux origines de la chanson italienne : des mélodies baroques aux ritournelles napolitaines. 

Quasimodo

Durée : 1h00

Résumé : Un enfant découvre deux corps enlacés dans une cellule abandonnée de Notre Dame de Paris. Guidé par son imagination, il va revivre avec le public la bouleversante histoire du difforme Quasimodo et de la magnifique Bohémienne Esméralda. A travers le dédale d’un Paris du XVème siècle, le terrifiant Frollo et le séducteur Phœbus vont se disputer la beauté et la liberté d’une femme. Quasimodo, le gardien des cloches, va tenter de la sauver, et, ainsi, gagner sa part d’humanité.

 

Jack et le haricot magique

Durée : 55 minutes

 Résumé :

Il était une fois, dans une lointaine campagne anglaise, un garçon, prénommé Jack. L’enfant vivait seul avec sa mère. Son père avait disparu quelques années plus tôt, leur laissant pour seule richesse, une vache. Jack et sa mère ne se nourrissaient que grâce au lait qu’elle leur donnait et aux rares légumes qui poussaient dans leur champ.

Mais d’année en année, les récoltes s’appauvrirent, et hélas un jour, la pauvre vache, devenue trop vieille et fatiguée, ne leur offrit plus aucune goutte de lait. En chemin vers le marché pour la vendre, Jack rencontre un drôle de marchand qui l’aborde et lui propose en échange de la vache, une poignée de haricots, prétendant qu’ils sont magiques. De retour chez lui, sa pauvre mère malade le gronde et jette les haricots par la fenêtre. C’est pendant la nuit que la magie opère. Au réveil, que voit Jack ? et que va-t-il faire ?

L’histoire magique d’une amitié inattendue

 

 

Fables, Miniatures Lyriques

Durée : 1h05

Résumé : La Compagnie In-Sense vous invite dans son cabinet de curiosités dont la collection d’objets hétéroclite sert d’écrin aux Fables mises en musique par Isabelle Aboulker.
Dans cet espace rempli de surprises et source de rêverie, les interprètes donnent voix au célèbre fabuliste et à ses personnages hauts en couleur. Grâce à la musique ciselée de ces opéras miniatures, petits et grands (re)découvriront les textes de La Fontaine, divertissants et profonds, dont le propos acéré trouve écho en chacun de nous.



 

Un Conte du chat perché

Durée : 50 minutes

 Résumé :Suite à l’adaptation d’Antoinette la poule Savante, qui réunissait les Cinq contes musicaux d’Isabelle Aboulker et au succès formidable qui s’en est suivi, la Compagnie In-Sense a choisi de produire une nouvelle création avec la même équipe, et de demander à Isabelle Aboulker d’écrire sur mesure sur un des Contes du chat perché de Marcel Aymé pour mezzo-contralto et baryton.
Les Contes du chat perché ont bercé notre enfance. Chaque conte porte un enseignement spécifique, mais la nouvelle Les boites de peinture nous a particulièrement interpellé car elle parle de l’art, de sa pratique, de la perception qu’en a chacun de nous. Cet univers miniature dans lequel Marcel Aymé analyse nos travers et nos limites, mais surtout notre innocence et notre humanité à travers les aventures de Delphine et de Marinette nous a plu immédiatement et nous avons voulu le faire vivre sur scène à travers la musique et le chant.
Par un heureux hasard Isabelle Aboulker y songeait depuis longtemps, et s’est montrée très enthousiaste à l’idée de ce projet. Elle a écrit et composé donc, sur ce texte pour deux voix (mezzo-contralto et baryton) et piano, en isolant des thèmes musicaux selon les émotions qui se dégagent au fil de la narration.
Les enfants, en plus d’être sensibilisés aux voix lyriques, à la musique magnifique d’Isabelle Aboulker et au texte de Marcel Aymé, sont transportés dans un voyage à travers des oeuvres d’art qui les portent vers une réflexion autour de l’image de soi, et plus précisément : comment chacun voit sa propre réalité et comment cela fait ressurgir les émotions telles que l’orgueil, la jalousie, la fierté, la vanité, la joie, le rire. Nous avons trouvé extraordinaire chez Marcel Aymé cette capacité à traiter les grands thèmes qui questionnent l’être humain à travers toute sa vie, grâce à cette écriture simple, enfantine, décalée, et surtout infiniment drôle et poétique…

 

La Folle Enchère

Durée : 1h20

Résumé : 330 ans après sa création, La Subversive redonne vie à cette comédie de travestissement écrite par la première autrice libertine jouée à la Comédie-Française. Des mélodies baroco-rocks rythment cette supercherie corrosive, qui fait voler en éclats les genres, les âges et les classes…Des airs de Bach, Alain Bashung, Mylène Farmer, Arthur H, Brigitte Fontaine, Serge Gainsbourg, Jacques Higelin et Eddy de Pretto accompagnent cette farce déjantée !




Ma Grammaire fait du vélo

Durée : 1h10

Résumé : Il entre, pose sa valise sur une table et déjà, le public sourit. Son explication du fonctionnement des pronoms personnels fait rire aux éclats, ses exemples de concordance des temps rendent hilare, tout ce qui nous rebutait le plus à l’école quand nous étions petits devient sujet de joie. Il ne critique pas, ne dénonce pas, ne déplore pas ; il observe et s’en amuse. Et nous en rions avec lui…

Artaud Passion

Durée : 1h

Résumé : Histoire d’une passion flamboyante pour un génie de la poésie –-En 1946, après neuf années d’internement psychiatrique, Antonin Artaud revient à Paris. Il retrouve son ami galeriste Pierre Loeb qui prépare une exposition de ses dessins et fait la connaissance de sa fille Florence Loeb. Une relation chargée d’ambiguïté nait de leur rencontre. Au crépuscule de sa vie, Florence évoque ses souvenirs avec émotion


 

 

Opérapiécé

Durée : 1h20

Résumé : Opérapiécé est comme un tourbillon, un vent de folie musicale et théâtrale qui souffle avec enthousiasme et émotion dans nos cœurs ravis. Nos oreilles sont assaillies joyeusement par des airs classiques qui ont télescopé des airs de la chanson française et c’est un enchantement. Strauss et Chopin font des clins d’oeil à Jacques Brel et à Alain Souchon, Vivaldi côtoie avec espièglerie Jacques Dutronc et Albinoni donne la réplique à Claude François…

Mary Sydney alias Shakespeare

Durée : 2h

Résumé : Personne ne sait vraiment quel homme se cachait derrière Shakespeare. Et s’il s’agissait d’une femme ?

Une autrice a-t-elle écrit l’œuvre de Shakespeare ? Telle est la question… et l’enjeu de cette enquête intrigante proposée par Aurore Evain d’après les recherches de l’américaine Robin Williams. Une plongée au temps des sœurs de Shakespeare, au cours de laquelle se dessinera le destin hors du commun d’une femme savante de la Renaissance anglaise, Mary Sidney Herbert, comtesse de Pembroke.

A travers cette conférence théâtrale, Aurore Evain soutiendra cette hypothèse qui a de quoi hanter tout masculiniste qui s’ignore. Avec rigueur et humour, en s’appuyant sur les textes shakespeariens eux-mêmes, un véritable jeu de construction mental sur l’existence d’un génie féminin de la littérature, une femme de pouvoir, puissante, d’une incomparable érudition, comme la Renaissance sut en produire…

Les Fables, de Marie de France

Durée : 1h

 Résumé :Les Fables de Marie de France s’inscrivent dans la lignée des spectacles du matrimoine mis en scène par Aurore Evain comme La Folle Enchère de Madame Ulrich, Le Favori de Madame de Villedieu et Mary Sidney, alias Shakespeare.
Dans son travail de compositrice, Isabelle Olivier accorde elle aussi une place particulière à la collaboration artistique avec des créatrices de toutes les époques.
La rencontre entre ces deux artistes est donc tout à fait prometteuse d’un sens profond donné à la parole féminine à travers les âges et les cultures.
Pour faire résonner ces fables, traduites et versifiées en français moderne par Françoise Morvan, la musique composée par la harpiste Isabelle Olivier se fait l’écho de la plume de Marie de France. Le costume et la harpe, transposition de la silhouette de l’autrice et de son pupitre, évoquent le portrait que nous ont transmis d’elle les enluminures de l’époque.
Les premières notes du spectacle font apparaître comme par magie les éléments et silhouettes du décor : le grand livre de Marie de France, où prendront vie des enluminures inspirées de bestiaires médiévaux ; trois paravents, nous invitant, par de poétiques jeux d’ombre et de lumière, à plonger dans les poumons de la forêt de Brocéliande et de nos campagnes d’antan : s’y jouent et s’y rejouent, au fil des notes et des pages du fablier, des saynètes de faunes explorant les chemins de vie que peut prendre l’existence humaine.

 


Contes des Fées

Durée : 50 minutes

 Résumé :Trois fées sorties d’un livre content les aventures d’héroïnes métamorphosées en animaux, sous la plume de la plus prolifique conteuse du Grand Siècle, au son des compositrices de l’époque.Après une vie mouvementée passée à tenter de se défaire d’un mari qui lui a été imposé alors qu’elle n’avait que 15 ou 16 ans, après s’être exilée en Angleterre et en Espagne, la baronne d’Aulnoy s’établit à Paris en 1690 où elle passera ses quinze dernières années. Elle y ouvre un salon littéraire très prisé et publie ses premiers récits inspirés de sa vie d’aventure. C’est en 1697 que paraîtront les quatre volumes des Contes des Fées dans lesquels se trouvent quelques-uns des plus grands chefs d’œuvre du genre.

Aurore Evain restaure la mémoire de cette autrice oubliée et redonne à ces pépites littéraires l’éclat qui leur avait été ravi des siècles durant, accompagnées par des musiques composées par des femmes au XVIIe siècle



 

Le Favori

Durée : 2h00

Un Favori qui veut être aimé pour lui-même et non pour sa faveur. Une Libertine à la poursuite de plaisirs et de divertissements constants. Un Prince réfugié cynique et ambitieux, en quête d’une nouvelle fortune. Une Princesse héroïque, en révolte contre son monarque.

Un Roi habile dans le maniement des ficelles de la politique-spectacle. Amour et honneur, fidélité et perfidie, héroïsme et jalousie sont les ingrédients de cette tragi-comédie parodique sur le pouvoir, opposant les « caméléons de cour », cyniques et médisants, et les «Vertueux», aux valeurs héroïques, imprégnés d’amour précieux.

Mais derrière les Masques, le plaisant libertinage des premiers et l’orgueilleuse fierté des seconds brouillent les frontières…

Si, au final, l’ordre moral est rétabli, le dernier mot revient à la volage coquette, dont l’amour pour la fleurette annonce l’épicurisme galant du siècle des Lumières.

Lettre d’une inconnue

Durée : 1h15

Résumé :

« Je n’ai rien de toi. Plus d’enfant, pas un mot, pas une ligne, pas de place dans ta mémoire. »

Qui est-elle, cette inconnue qui au chevet de son enfant mort, écrit à l’homme qu’elle aime depuis toujours ? Une jeune fille solitaire ? Une femme devenue mère dans le secret ? Une prostituée qui ne dit pas son nom ? Et d’ailleurs, le sait-elle seulement ?

L’histoire qu’elle lui conte est pourtant la sienne. Celle de son amour absolu et secret. De son obsession aussi. L’obsession de lui. L’histoire de celle qu’elle est devenue parce qu’il ne l’a jamais reconnue : une femme sans âge, sans visage et sans nom, qui s’est lentement effacée aux yeux du monde.

Car ne pas exister dans son regard à lui, c’était n’exister dans celui de personne.

 

L’impertinente

6 Allée de Montfermeil, 93340 Le Raincy

Nelly Gutman, présidente & Joëlle Brodier, trésorière

[contact-form-7 404 "Non trouvé"]